Jeff Gibson sur l’écran géant The Concourse, Sydney.

Videospread à le plaisir d’annoncer la diffusion du programme « But wait there’s more! » de Jeff Gibson sur l’écran géant The Concourse à Sydney. Le programme sera diffusé pendant quatre mois.

Les deux vidéos les plus récentes de Jeff Gibson Statusfaction, 2012, et Metapoetaestheticism, 2013, sont un mélange de définitions pleines d’esprit au style dictionnaire de psychologie associées à des images taxonomiques excentriques d’un registre large – de la bague en diamants au donut – provenant de recherches effectuées sur Google.

Les textes, socialement incisifs, apparaissent puis disparaissent suivant une progression énigmatique, des catégories d’images se fondent, affichant des associations tour à tour logiques, poétiques ou absurdes.

Pour davantage compliquer la matrice de possibilités d’interprétations, toutes les images apparaissent trois fois tout au long de l’œuvre, mais selon des séquences variables. Pour couronner cette ambiance de psychose sociale, les deux vidéos sont habillées d’une musique d’ascenseur dont la qualité mélodieuse, agréable et tranquillisante est un bon complément à l’imagerie des excès de shopping-mall, qui donne un léger mal au cœur, et de l’analyse à la fois moqueuse et thérapeutique des textes.

C’est une critique conceptuelle explicite que Jeff Gibson nous propose au travers de ses définitions d’une perspicacité pénétrante et un style de prose euphoniquement engageant qui mimique et excède de manière satirique le langage de la psychologie clinicienne. L’humour est également au rendez-vous dans la sélection d’images et leur organisation thématique, leur agencement soigneusement réalisé. De concert avec cette « Muzak » mielleuse, les textes les plus acerbes, sonnants faux, intersectés avec une pseudo-typologie de taxonomies, suscite une réflexion critique et comique autour de la nature du commerce, du goût, de l’individualité et du comportement.

Jeff Gibson, né en Australie, est un artiste protéiforme – a ses heures critique- qui a travaillé une multitude de médias dans différents contextes – la photographie, la vidéo, l’impression, les livres, pour des espaces traditionnels tels que les galeries ou pour l’espace public. Ancien rédacteur en chef de Art&Text magazine, Jeff Gibson est allé vivre à New York en 1998 pour travailler pour Artforum où il est actuellement membre dirigeant. Depuis son arrivée à New York il a produit deux livre d’artistes (Dupe: A Partial Compendium of Everyday Delusions [2000] et Sarsaparilla to Sorcery [2007]), à montré son travail sur le Panasonic Astrovision screen a Times Square faisant partie du programme initié par Creative Time “The 59th Minute”. Il a été exposé au New York Academy of Sciences, à la Galerie Stephan Stoyanov (New York), et The Suburban (Chicago). En 2011, deux de ses vidéos Smoke and Asylum (2010) sont projetées sur la façade du Everson Museum of Art a Syracuse, New York. Sa vidéo Metapoetaestheticism, 2013, à été montrée pendant la Whitney Biennial en 2014.