Laurent Chambert

Né en 1967. Vit et travaille à Paris.

Pour Laurent Chambert, il est moins question d’activer un « rapport au monde » sous l’angle d’une vision globale, universaliste, que d’articuler dans un même mouvement des repères (images tirées des medias, systèmes de représentation de l’univers) et un état de conscience perceptive. Mais cette fragmentation reste foncièrement ouverte à la recomposition d’une unité. Celle-ci n’est pas univoque, ni générique, dans la mesure où chaque acte, chaque oeuvre croise des champs de significations, des domaines du savoir différents.

Pour l’heure son but n’est pas de reproduire des objets clos, ni autobiographiques, qui seraient appuyés sur une projection du monde en particulier. L’autonomie relatives de ses propositions ne ressort pas non plus d’une logique de la déconstruction, du contre-pied, ou de l’effraction des catégories. Quiconque a une mémoire visuelle peut reconstituer, ou reconstituer une lecture, un diagnostic. Face à l’information sur les avatars du monde, à ceux aussi de leur perception, face à l’impuissance latente d’une inscription dans celui-là, individuelle ou collective, ce travail voudrait rendre abordable certain accès.

Pascal Pique