Nicolas Clauss sur l’écran géant de Sydney, Australie!

C’est avec un grand plaisir que Videospread débute l’année 2014 avec un programme de Nicolas ClaussVideographies, constitué de captures des œuvres Fès et Ilôts, propose une pause contemplative pendant laquelle la narration, la linéarité et le temps vidéographique sont revisités et réinterprétés.
Le programme sera présenté dans un premier temps sur l’écran géant du Concourse, à Sydney, Australie, pendant quatre mois.

Videographies

C’est après avoir découvert les potentialités des « nouveaux outils » et des algorithmes que Nicolas Clauss décide de passer de la peinture aux outils numériques. Vidéos, photos, sons et textures se mêlent dans un nouveau processus de création où les machines et les outils n’exercent aucune fascination mais sont au service de l’artiste.  Il s’empare de la matière, la travaille, la triture, la transforme, la détruit et la recompose, repoussant les limites de la peinture. Il interroge le format vidéo, sa plasticité et sa durée avec notamment ses Vidéographies aléatoires. Vidéographie, parce que le matériau filmé est exploré tant dans sa dimension temporelle que dans sa dimension spatiale (comme une carte ou un paysage). Aléatoire parce que les modes d’exploration de ces vidéographies s’appuient sur des écritures qui intègrent le hasard algorithmique. Dans ces pièces, la vidéo devient un paysage en mouvement, pictural ou non, sans début ni fin et où la durée est dilatée.

After Fès, capture vidéo – 2013

Partant d’un plan fixe d’une place de Fès (Maroc) où figurent et apparaissent de nombreuses personnes, cette pièce interroge et explore la durée de l’image filmée. La déconstruction de la linéarité du film et la dilatation du temps vidéographique, permettent au spectateur de s’attarder et de se réapproprier une multiplicité d’instants et de détails.

After Ilôts, capture vidéo – 2013

Au départ «Îlots» est une installation son et vidéo générative de Nicolas Clauss et Uriel Barthélémi, un travail sur un jeu de décomposition et de recomposition aléatoire de l’image filmée, un paysage pictural en mouvement. Ilots est également une oeuvre picturale et sonore, qui se déploie sur trois écrans ou davantage dans sa forme immersive, en suivant une partition semi- aléatoire. L’ombre de l’urbanité (la vitesse, les flux contemporains, les datas, les informations) devient le filtre de perception de cette immersion dans une nature électronique, impressionniste, envoûtante, pleinement irréelle. Faisant appel à une écriture souple, son et image réajustent constamment leurs mires, leurs fragments de réalités.

http://www.nicolasclauss.com/
http://www.theconcourse.com.au/content/urban-screen/